Théorie‎ > ‎

Meteorologie : génèse d'une perturbation

1- Un réseau d'observation

La pression varie à la surface du globe. Grâce au réseau des stations d'observation, sa répartition peut être mise en évidence sur des cartes où sont tracées, pour un niveau donné, des courbes isobares (courbes qui rejoignent les points où la pression est identique).


Photo satellite du 28-10-05 (Météo France)

C'est ainsi qu'apparaissent des zones de hautes pressions (les anticyclones) et des zones de basses pressions (les dépressions). L'inégalité des pressions commande le régime des vents qui tend à rétablir l'équilibre de la pression en transportant de l'air des anticyclones vers les dépressions.


2- La force de Coriolis

L'écoulement de l'air n'est pas direct, comme on pourrait le croire, du centre anticyclonique vers le centre dépressionnaire. En fait, comme la Terre tourne, une force d'inertie (la force de Coriolis) agit de telle sorte que le vent tourne autour des dépressions dans le sens inverse de celui des aiguilles d'une montre ; autour des anticyclones, dans le sens des aiguilles (ceci, dans l'hémisphère nord).


3- Les étapes d'une perturbation

Les différences de caractéristiques de ces masses d'air engendrent une ondulation du front polaire (perturbation) qui va se manifester par une formation nuageuse (cf. soulèvement frontal).

Les différentes étapes d'une perturbation (schéma)

1. petite ondulation du front polaire

2. l'amplitude de l'ondulation a augmenté : la dépression s'amplifie

3. l'occlusion apparaît

4. le front retrouve son alignement

Comments